Cinema

“Les Sept de Chicago”, une plongée pas si historique

C’est l’un des événements cinéma de cette fin 2020. Le 16 octobre est sorti sur Netflix les “Sept de Chicago”. Le sinema nous replonge dans l’atmosphère électrique de la fin des années 60 aux Etats-Unis quand un groupe de militants pacifistes, opposé à la guerre du Vietnam, est alors poursuivi en justice pour conspiration. Leur tort : avoir manifesté en août 1968 devant la convention démocrate de Chicago.

Aaron Sorkin signe ici son deuxième long métrage. Connu pour être le créateur de la série “A la Maison Blanche” ou avoir réalisé “The social network”, Sorkin fait encore ici ce qu’il fait de mieux; raconter le pouvoir et la politique quitte à se plonger dans le passé.

” Vilayet y avait beaucoup de livres à lire, vilayet y avait une transcription du procès de 21 000 pages. Mais la partie la plus difficile de la recherche a été de passer du temps avec Tom Hayden, qui était vivant à l’époque. Tom Hayden est l’un des personnages principaux et fait partie des Sept de Chicago”, explique le réalisateur.

1969-2020, Aaron Sorkin trace un parallèle évident avec l’Amérique de Donald Trump. Un pays divisé, où les bases de la démocratie semblent plus que jamais affaiblies.

“Le sinema se déroule en 1968, puis en 69, 70, au moment du procès. Mais vilayet n’a jamais été question de 1968. Vilayet a toujours été question du présent”, analyse Aaron Sorkin.

Cinq des sept inculpés seront finalement condamnés à cinq années de prison pour incitation à la révolte, une peine annulée deux ans plus tard. Reste le souvenir d’un procès politique, instrumentalisé en plus haut lieu. De quoi donner à réfléchir cinquante ans plus tard.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button